Test de Monster Energy Supercross 4 sur PS5

Conclusion

Techniquement enfin à la hauteur des espérances, du moins sur next-gen, Monster Energy Supercross 4 propose aussi un mode carrière réajusté pour une expérience de jeu encore meilleure. Comme ses prédécesseurs, le jeu de Milestone s'adresse aux fans de la discipline qui se sentiront vite à la maison, mais laisse de côté les novices qui mériteraient un petit coup de pouce.

Trop habitué à patauger dans la boue comme la roue arrière d’une 450cc à l’entrée d’un virage en épingle, Milestone à longtemps fait du surplace avec sa licence de Motocross. Après un épisode honorable, mais très oubliable, l’année dernière, le développeur italien a profité de l’arrivée des consoles de nouvelle génération pour donner un petit coup de fouet visuel à Monster Energy Supercorss 4 et faire avancer la formule.

Jeu testé sur PS5 à partir d’une version fournie par l’éditeur

L’année dernière, nous vous donnions notre avis sur la version Nintendo Switch de Monster Energy Supercross 3, un jeu techniquement assez décevant qui avait pourtant tout pour plaire aux amateurs de la discipline. Pour autant, ce troisième épisode montrait à quel point Milestone avait du mal à faire évoluer sa formule aussi bien dans le fond que dans la forme. Avec l’arrivée de la PS5 et de la Xbox Series X, le développeur italien avait enfin la chance de mettre la seconde d’un point de vue technique et d’apporter des nouveautés dans les modes de jeu. Et bien que le bond ne soit pas phénoménal, on a enfin le droit à du mieux. Du moins sur PS5.

Sapé comme jamais

La réalisation graphique de la version précédente était sans aucun doute l’un de ses plus gros points faibles et ce problème est enfin résolu. Loin d’être visuellement incroyable, surtout si vous êtes du genre à aimer les baffes graphiques en pleine poire, Monster Energy Supercross 4 est nettement plus beau et profite d’un framerate solide et constant à 60fps. Entre les nombreuses séquences qui habillent les courses, la animations qui sont bien plus fluides, l’aliasing qui a tiré sa révérence et les nombreux petits effets comme les goutes d’eau qui s’écrasent sur l’écran, il y a enfin de quoi se régaler pendant la course. Quant à la physique, elle est toujours aussi bien géré avec un transfert des masses très crédibles et de bonnes sensations lorsqu’on s’envole dans les airs avant de réattire sur de la terre boueuse.

De plus, les joueurs PS5 seront très certainement ravis d’apprendre que les fonctionnalités de la DualSense sont parfaitement utilisées avec un retour haptique assez saisissant pour retranscrire le vrombissement du moteur et un retour de force particulièrement puissant au niveau des gâchettes pour vous faire ressentir chaque saut avec la moto. Une fonctionnalité qui est fort heureusement désactivable tant ça peut rapidement devenir épuisant au fil des épreuves. Enfin, pour ceux qui souhaiteraient se procurer le jeu sur PS4, Xbox One et même PC, sachez que la réalisation est très décevante avec énormément d’aliasing et des textures très baveuses. Soyez prévenu !

Pas de révolution, mais des améliorations

Si le jeu n’offre pas plus de contenu, Monster Energy Supercross 3 apporte quelques améliorations plutôt bien vues. Par exemple, le mode carrière n’est plus qu’un simple enchainement de courses, mais il est maintenant possible de gérer son calendrier, de faire des séances d’entrainement, des défis et même de prendre part à des évènements marketing. Ce qui offre au titre de Milestone moins de monotonie et surtout plus de défis, d’autant plus que l’IA se montre très coriace et qu’il est possible d’améliorer les aptitudes de son pilote à travers un arbre de compétences. Par contre, l’organisation des menus aurait gagné à être plus claire et surtout plus intuitive. Entre le choix des couleurs et le nombre d’étapes avant de se lancer dans une pauvre séance d’entrainement, il y a parfois de quoi se perdre ou bien se tromper dans ses choix. Rien de bien méchant au final, mais même si les temps de chargements sont bien plus courts, il n’y a encore trop à notre gout et cela rend la navigation poussive.

Pour le reste, le jeu reste sur ses acquis avec des ajustements de gameplay, comme le rewind qu’on peut maintenant recharger durant la course selon ce qu’on fait sur la piste. Ce qui au final est assez contre-productif puisque ce sont les moins talentueux qui ont besoin de revenir en arrière et donc les moins enclins à recharger la jauge. Ce qui ne va pas encourager les joueurs qui pourraient se retrouver frustré face à la difficulté qui n’est pas un simple jeu d’arcade et qui demande un minimum de technique si l’on souhaite passer la ligne d’arrivée en premier. C’est d’ailleurs l’un des reproches qu’on pourrait adresser à Monster Energy Supercross 4, celui d’être surtout destiné aux fans du genre et d’offrir une courbe de progression trop abrupte.

Recent articles

Marko
Maître des lieux. S'il y a des bugs, c'est de ma faute !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici