Test de Hades sur PS5

Conclusion

Après une domination incontestable sur PC et Nintendo Switch, Hadès sublime son arrivée sur les consoles de salon et next-gen et frôle la perfection. Visuellement toujours somptueux et d’une fluidité sans failles, doté d’un sound design magnifique, d’un gameplay jouissif, addictif et modulable et qui offre une narration dense, vivante et rétroactive à chaque run, Hades ne pêche que sur quelques détails notamment sur la répétition de sa structure qui peut en lasser quelques-uns et un pitch du scénario un peu trop simple. Pour le reste, il est tout simplement un must-have dans le genre rogue-lite. Je vais même aller plus loin : SuperGiant Games a écrit une page de l’histoire du jeux vidéo avec son bijou. Pour tout amateur de jeux vidéo même ceux et celles qui ne sont pas fan du genre, Hades est absolument à essayer ne serait-ce que pour découvrir l’univers que le jeu nous propose.

Hades est sûrement la plus grosse bonne surprise de l’année 2020. Élu meilleur jeu indépendant des Golden Joystick Awards 2020 et des Game Awards 2020. Plus récemment, élu meilleur jeu des Bafta Games Awards 2021 et de la Game Developers Conference 2021. Ce sont tous des grands événements dans l’industrie du jeux vidéo. Et je ne compte même pas les autres distinctions dans d’autres catégories ! Autant dire que nous avons à faire un sacré client. Et le meilleur reste à venir car Hades n’est sorti « que » sur Nintendo Switch et PC. C’est donc avec beaucoup d’attente que Hades débarque sur la PS4/PS5 et Xbox One/Series. Sera-t-il à la hauteur de sa réputation sur les consoles de salon et next-gen ?

Jeu testé sur PS5 à partir d’une version fournie par l’éditeur

Une direction artistique sublime

Dès les premiers minutes du jeu, on remarque tout de suite une direction artistique sublime pour Hades. Que ce soit sur les couleurs qui claquent et les détails (les effets de particules, les traces au sol lors des « dashs », les trainées de couleurs sur les attaques, etc.), tout est réussi. D’ailleurs, il m’est arrivé plusieurs fois d’arrêter de jouer juste pour contempler les détails du décor.

La direction artistique de Hades est tout simplement magnifique

Il en va de même pour chaque portrait des personnages ainsi que les ennemies qui sont tous charismatiques les uns des autres et respectent l’authenticité de la mythologie grecque. Le character design est très bon.

Chaque portait de personnage sont vraiment uniques

Notez également que la fluidité, la netteté visuelle et la rapidité des chargements sont au rendez-vous. En effet, on peut compter sur de la 4K et du 60 FPS sur la PS5 et les Xbox Series. Ce qui n’était pas le cas avec la Nintendo Switch qui tournait en 720p à 60 FPS la plupart du temps mais dont le framerate chutait régulièrement lors d’affrontements chargés en effets visuels. Pour les versions PS4 et Xbox One, c’est une résolution 1080p qui est de rigueur mais toujours avec du 60 FPS. Enfin pour la version PC, comme pour n’importe quels jeux, cela dépendra la configuration de ce dernier.

Un pitch scénaristique sommaire mais d’une narration dense et vivante

Nous incarnons Zagreus, prince des Enfers, qui tente de fuir le royaume des morts dirigé par son père, Hades pour grimper vers l’Olympe. Mais son père ne l’entend pas ainsi et lui mettra des bâtons dans ses roues en lui envoyant des hordes de sbires de plus en plus puissants à travers la route de son fils. Au fil de sa quête, Zagreus en apprendra plus sur les secrets gardés de son père concernant les mystères de l’Olympe et des Enfers. De plus, il pourra compter sur l’aide des dieux de l’Olympe qui se manifesteront au cours de sa quête pour lui prêter main-forte.

Papa : j’me casse ! T’inquiète, la mifa vont m’aider, je n’ai pas besoin de toi

Soyons honnête : sans trop vouloir vous spoil (et encore, vous ne perdez pas grand-chose), vous n’allez pas jouer à Hades pour l’histoire du jeu. Elle est sommaire voir même un peu simpliste. C’est sûrement un de ses plus gros défauts.

En revanche, un de ses gros points fort, c’est sa narration notamment ses dialogues. Si elles respectent l’authenticité de chaque personnage, au fur et à mesure de vos runs, elles deviennent… rétroactifs. En effet, à chaque nouveau run, les dialogues des personnages se mettent à jour en fonction de votre progression de votre quête. Au-delà du fait que c’est astucieux, cela donne de la profondeur non seulement aux personnages mais aussi à l’univers de Hades. Ce qui est assez paradoxal pour une histoire un peu trop simple mais bourré de détails. Certes, on pourrait croire que c’est du remplissage au premiers abords et il n’est pas dit qu’il se peut que vous ayez parfois certaines lignes de dialogue qui se répètent lors de vos différents runs mais cela donne vraiment la sensation de progresser dans sa quête car à chaque run, on en apprend plus sur Zagreus et tout ce qui est autour du monde de l’Olympe et du royaume des Enfers.

Ouais… la prochaine fois… s’il y a une prochaine fois…

Un level design un peu répétitif

Contrairement à Returnal (que je vous invite à lire le test ici car beaucoup de comparaison dans le même genre avec Hades), qui est un roguelite façon TPS (« Third Person Shooter » soit en français « jeux de tir à la troisième personne »), Hades est un roguelite façon action-RPG en 3D isométrique.

La vue en 3D isométrique est plutôt bien réussie

Comme la plupart des rogue-lite, les niveaux sont générés aléatoirement. Des choix de sorties sous forme de portes seront proposés à la fin de chaque niveau pour progresser lors de vos runs. Cependant, le joueur traversera systématiquement les mêmes zones dans le même ordre. Ce qui peut induire une forme de répétitivité encore plus marquée que dans d’autres titres du genre qui y sont pourtant déjà sujet.

Le choix des portes à chaque fin de niveau est crucial pour la suite

Un gameplay addictif et jouissif

Le jeu est composé principalement de 5 actions que Zagreus peut effectuer lors de ses fights. Nous avons l’attaque normal, l’attaque « Technique », plus puissante mais plus lente, le « Lancer » qui permet de lancer un projectile, l’Elan, qui permet d’effectuer des « dashs » (et donc des esquives et/ou des « cancel moves », des annulations de mouvement) et les « Appels » qui permet de faire des invocations olympiennes. Comme dans la plupart des rogue-lite, le gameplay est nerveux et se compose de plusieurs niveaux où il faudra battre un certain nombre d’ennemis pour pouvoir avancer. Après chaque fin de niveau, vous empochez une récompense qui seront des ressources pour vos runs. Il y a deux formes de ressources.

Les ressources “permanents”

Dans les ressources « permanents », vous trouverez les obsidiennes, les clés chtoniennes, les bouteilles de nectar, les gemmes, le sang de titan, les diamants et les bouteilles d’ambroisie. Toutes ces ressources servent à améliorer de manière définitive les caractéristiques de Zagreus, à débloquer de nouvelles armes, des équipements et des améliorations pour les Enfers. Par exemple, les obsidiennes sont à utiliser sur le « Miroir de la Nuit » avant de commencer un run.

L’utilisation des obsidiennes pour améliorer et/ou acquérir des caractéristiques sur Zagreus peuvent faciliter vos prochains runs

Les ressources “temporaires”

Dans les ressources « temporaires » vous trouverez l’argent, les grenades de puissance, les cœurs de centaure, les marteaux de Daedalus, l’Enclume du Destin, la carte de fidélité (pour la boutique d’objet) et les Bienfaits Olympiennes. Ces derniers sont importants car à chaque Bienfait obtenu, vous avez le choix entre trois améliorations/changements temporaires soit sur vos attaques (en général, sur vos attaques normales, Techniques ou Lancer), soit sur vos défenses (en général sur l’Elan, le renvoi ou la diminution des dégâts) ou soit le choix de faire une invocation.

Tout comme le « Mirroir de la Nuit », le choix des Bienfaits Olympiennes sont primordiales pour bien avancer sur vos runs
Hades
29,99€

La fusion quasi infini des ressources

Et c’est là où la magie du gameplay et donc du game design de Hades s’opère ! C’est de savoir bien utiliser les ressources « temporaires » et « permanentes » pour jongler entre différents nombres de combinaisons astronomique d’améliorations. Ce qui fait que chaque run est donc unique puisque chaque fois que l’on recommence, les combinaisons d’améliorations seront forcément différentes. Même si l’enchainement des salles est géré de manière procédurale et la mort est continuellement présent, les runs et la difficulté sont progressifs et différents. Ce qui en fait un gameplay addictif et jouissif à chaque run. Et contrairement à Returnal, si vous souhaitez faire une pause à votre run, un système de sauvegarde est présent dans le jeu. Finalement, la contrainte du « die and retry » des rogue-lite est beaucoup moins frustrante et présente aux joueurs. Malheureusement, pas de cross-save entre différentes plateformes. Si vous décidez donc de passer du PC vers les consoles next-gen, il faudra tout recommencer.

Contrairement à Returnal, dans Hades, il y a un système de sauvegarde. Ce qui frustre beaucoup moins le joueur de mourir à chaque run

Un sound design magnifique

Petit point sur le sound design du jeu qui est un bonheur à écouter. Chaque niveau est très bien illustré. On passe à des thèmes à consonances très méditerranéennes, comme des sons de guitares sèches, de mandolines et luths à des notes très électriques et nerveuses, presque combatives dans les phases de combats de boss. Je ne peux pas résister de vous proposer un des thèmes les plus marquants du jeu. Un bijou auditif.

J’ai carrément lâché la manette et j’ai écouté ce thème en boucle pendant des centaines de fois et je m’en lasse toujours pas

L’intégralité des dialogues est disponible en VOSTFR (audio anglais et sous-titres français) avec un doublage anglais des plus réussis. Chaque personnage à un ton unique sur chaque dialogue ce qui leur donne encore plus de charisme comme par exemple Hermès, un des Dieux Olympien qui a tendance à parler beaucoup et vite… très vite.

Un contenu et une durée de vie gargantuesque

Si a proprement parlé Hades ne bénéficie d’aucun DLC ni contenu additionnel ni aucun autre mode que sa version PC et Nintendo Switch, le contenu et la durée du vie du jeu est gargantuesque. Avec toutes les ressources à collecter et six armes différentes qui proposent six alternatives d’histoires et de jouabilité légèrement différentes plus toutes les combinations possibles à effectuer, la rejouabilité dantesque prend limite le dessus sur le contenu du jeu.

Les 5 armes supplémentaire déblocables après votre premier run changent légèrement votre façon de jouer

Pour la durée de vie du jeu, il est difficilement estimable étant donné que chaque run est différent. Néanmoins, si on peut donner un nombre approximatif, on pourrait compter à peu près 20 heures pour l’histoire principale, à peu près le double pour les quêtes secondaires en plus et presque 100 heures pour atteindre le 100 % du jeu ! Car oui, lorsque vous aurez fini une première fois Hades, vous débloquerez le « Pacte des Châtiments » (qui aussi activable avant le début jeu en cochant la case « mode infernal »). Il consiste à ajouter des conditions en plus lors de vos runs. Autant vous dire de suite qu’avec ça en plus d’avoir la vraie fin du jeu qui consiste à le finir 10 fois (rien que ça), la durée de vie de Hades est quasi-infini.

Recent articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici