[TEST] Steelrising (PS5)

Conclusion

Premier Soul’s Like pour le studio et première grosse réussite. Steelrising est un des meilleurs jeux du genre. Beau et équilibré, il a tout pour plaire, même pour ceux qui ne sont pas habitués à ce genre de titre. Le jeu de Spiders est une incontestable réussite, c’est la grosse surprise de ce mois de septembre. Inutile de dire qu’on vous recommande chaudement son achat, ne serait-ce que pour saluer la prise de risque de chez Spiders et leur donner envie de renouveler l’expérience pour une éventuelle suite.

Spiders, studio de développement basé à Paris déjà à l’origine de l’excellent Greedfall, nous reviennent cette fois avec une toute nouvelle licence : Steelrising. Cette fois le studio s’aventure sur un autre style de jeu : le Soul’s Like. Avec le nombre ahurissant de titre qui s’inspire de la sempiternelle licence de From Software, il est légitime de se demander si cette prise de risque est une bonne chose pour le studio.

Jeu testé sur PS5 à partir d’une version fournie par l’éditeur

Dans les livres d’histoire !

La ville sombre dans le feu et le sang face à la folie du roi Louis XVI et son armée d’automates. C’est alors qu’Aegis, garde du corps de la reine Marie Antoinette, reçoit pour mission de sauver la Révolution Française. Opposée aux automates du Roi, Aegis aura fort à faire pour sauver Paris et la Révolution Française, mais à quel prix ?

Steelrising est un jeu qui prends place en France dans une réalité fictive où les automates sèment la terreur dans les rues de Paris. Contrairement aux titres de From Software, Steelrising est très volubile. Les cinématiques sont nombreuses et il est possible d’interagir avec les pnj en posant diverses questions qui nous permettent d’en apprendre plus sur l’histoire. Ça permet au titre d’éviter de perdre le joueur dans un monde où il ne comprendra, au final, pas grand-chose.

[TEST] Steelrising (PS5)

Une réalisation surprenante

Avant d’entrer dans le vif du sujet, attardons-nous un peu sur la technique de Steelrising. Pour avoir eu l’opportunité de tester la bêta fermée, quelques doutes s’étaient manifestés vis-à-vis du rendu visuel avec un jeu qui semblait alors assurer le strict minimum et ce en étant pourtant disponible uniquement sur consoles nouvelles générations et PC.

Quelques minutes après avoir lancé le jeu, nos doutes se sont envolés. Si le début du jeu reste assez pauvre visuellement, le tout s’améliore rapidement pour notre plus grand plaisir. Visuellement c’est très réussi avec une mention spéciale pour l’éclairage. Les décors comme l’architecture globale sont de très bonne facture. On note aussi une direction artistique fabuleuse, le design des automates est recherché, on est face à quelque chose de maitrisé et ça fait plaisir. Concernant le framerate et la résolution, le jeu dispose de trois modes graphiques : Résolution, graphismes et performances. Nos yeux d’experts ne sont pas parvenus à déceler de réelles différences entre les rendus. C’est aussi pour cette raison que nous recommandons vivement le mode performance, tant le gain de fluidité est important pour ce type de jeu.

[TEST] Steelrising (PS5)

Le mode performance propose un framerate imperturbable durant toute l’aventure et ce même en l’absence de patch day one (ce dernier n’était pas encore disponible au moment d’écrire ces lignes). Mais même sans cette mise à jour, le jeu propose une animation infaillible et chose rare pour être signalée, très peu de bug. Nous avons bien vécu quelques couacs ici et là durant notre périple, mais globalement rien de méchant à signaler, et surtout, une mise à jour sera déployée dans la fenêtre de lancement visant très certainement à rectifier les quelques petits soucis présents.

Tout aussi petit qu’il est et avec les restrictions budgétaires qui lui est propre, le studio Spiders nous livre un quasi-sans-faute sur la technique avec son Steelrising. Même constat pour la bande originale du jeu de très haute volée elle aussi. La seule réelle ombre au tableau réside dans l’absence de doublage Français. Et pour un jeu Français qui se déroule en France, c’est vraiment dommage. On a cependant conscience qu’une localisation intégrale aurait nécessité des moyens plus importants et le studio ne dispose pas d’un tel budget pour ses productions.

Steelrising
59,99€

Le système de jeu en détail

Le nerf de la guerre sur les Soul’s Like restera toujours le système de combat. Si bon nombre de titres s’inspirant des productions From Software se sont cassé les dents sur cette partie précise, ce n’est heureusement pas le cas avec Steelrising. Le système mis en place par Spiders ne révolutionne en rien la recette initiale, mais il a le mérite d’avoir un équilibrage maitrisé et ça change tout. À titre de comparaison, le récent Thymesia est passé à travers sur son équilibrage et il en résulte un gameplay imprécis qui pose pas mal de problèmes. Au point qu’il est nécessaire de ruser via les compétences pour combler les lacunes du titre.

Dans Steelrising, les habitués du genre ne se sentiront pas dépaysés. À peu de chose près, le gameplay est une copie quasi conforme de Demon’s Souls, si ce n’est que Spiders a glissé quelques améliorations ici et là où la plus importante reste la gestion de la barre d’endurance. Comme dans n’importe quel jeu du genre, l’endurance se consomme au fil des attaques, parades et autres esquives. Une fois les limites de consommations atteintes, Aegis entre en surchauffe et si l’on presse à ce moment-là et dans le bon timing le bouton triangle, le système de refroidissement recharge instantanément la barre d’endurance. Mine de rien, cette possibilité change radicalement la donne lors des affrontements et facilite la prise de risque. Attention au timing cependant, la moindre erreur peut s’avérer fatale et il est primordial de bien apprendre à le maitriser avant de tenter le diable.

Évidemment, au fil de l’aventure on sera amené à ramasser diverses armes et équipements qui là aussi, permettrons de se forger son propre style de combat. Que ce soit en mode tank en causant de gros dégâts au prix de notre vitesse ou alors en danseuse, rapide et peu puissante. Tout est judicieusement expliqué en début de partie afin d’éviter les mauvaises surprises, le jeu ne laisse pas le joueur sans explications.

[TEST] Steelrising (PS5)

Un Soul’s Like accessible ?

L’éternel débat sur l’accessibilité dans un Soul’s Like est de retour. Est-ce qu’ajouter un mode facile dénature la vision des développeurs ? Chez jeuxvideopascher nous sommes catégoriques, plus un jeu propose d’options d’accessibilité, plus il a de chance de toucher un public large et, pourquoi pas, de convaincre les plus réticents. Alors non, définitivement non, des options d’assistance dans un jeu de ce genre ne dénaturent en rien la vision initiale du titre. Et en dehors des joueurs élitistes qui aiment partager leurs exploits sur la toile, beaucoup réclament toujours plus d’accessibilité dans ce style de jeu, afin de pouvoir aussi profiter du genre Soul’s Like. Et qu’ils se rassurent, Spiders a entendu leurs prières.

Bien qu’il ne soit pas le plus difficile des Soul’s Like, Steelrising propose tout de même un certain challenge, surtout sur la seconde partie de l’aventure. Il est important d’être bien préparé et la mort frappe souvent à notre porte, c’est normal, c’est le genre qui veut ça. Cependant, cette fois il est possible pour n’importe quel joueur de finir le jeu, oui, rien que ça, et même très facilement.

[TEST] Steelrising (PS5)

Le mode assistance de Steelrising est un modèle du genre, il permet entre autres de diminuer la quantité de dégât reçus (25,50,75 et 100%), il est ainsi tout à fait possible d’être invincible dans le jeu. On peut aussi choisir de conserver ses Manes (l’expérience, similaire aux âmes dans Dark Souls) après un échec, diminuer la consommation de sa barre d’endurance (jusqu’à 300%) et faciliter le refroidissement en cas de surchauffe. Comme précisé plus haut, n’importe quel joueur peut boucler Steelrising sans difficulté. L’intérêt de mettre à disposition de telles assistances ? Elles permettent d’apprendre, tout simplement.

Apprendre à jouer à un soul’s, apprendre à comprendre les patterns, le timing sans pour autant être bloqué dans sa progression et petit à petit désactiver ou diminuer les aides pour s’en passer définitivement une fois qu’on se sente bien à l’aise. C’est une idée exceptionnelle qui devrait être généralisée de nos jours. Pourquoi continuer de fermer la porte à une partie des joueurs sous prétexte de devoir respecter cette fameuse vision des développeurs.

À titre d’information, nous avons terminé le jeu sans assistance, habitué des Soul’s Like, aucun jusqu’à aujourd’hui n’a résisté à votre serviteur. Et pour autant, nous saluons cette initiative, et avec Sifu qui s’est lui aussi mis à proposer ce genre d’options récemment, nous espérons vraiment que ce genre d’initiative se démocratise à l’avenir. Cependant, cette assistance a un coût. Une fois activée, elle verrouille l’attribution des trophées/succès et le new game + est impossible en fin de partie. Mais le joueur a le choix et ça fait toute la différence.

Recent articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici