[TEST] GOAT Simulator 3

Conclusion

Avec ce nouvel épisode, Coffe Stain tente de séduire un public plus large. L’absence de surprise fait cependant défaut à ce GOAT Simulator 3. Un excellent défouloir pour un jeu passable, répétitif et rapidement ennuyeux. Un titre à réserver aux fans du précédent opus uniquement. Quant aux curieux, il est judicieux de bien vous renseigner avant d’envisager son achat.

Lors de sa sortie, GOAT Simulator a su créer un véritable effet de surprise. Qui aurait pu imaginer qu’incarner une chèvre dans un jeu serait aussi drôle ? Et alors que tout le monde attendait une suite, le studio Coffe Stain a pris tout le monde à contre-pied en sortant directement le troisième opus. La chèvre a sauté le deuxième opus lira-t-on ici et là. Reste à voir si ce nouvel épisode apporte-t-il suffisamment de nouveauté pour convaincre ?

Jeu testé sur PS5 à partir d’une version fournie par l’éditeur

Test de GOAT Simulator 3 : la chèvre

Avec un second degré parfaitement assumé, GOAT Simulator 3 est un jeu en monde ouvert qui permet de mettre le chaos aux commandes d’une chèvre. Un titre qui n’a jamais eu la prétention d’être pris au sérieux, bien au contraire. C’est sous une parodie de Skyrim que le joueur est accueilli dans l’univers du jeu avec une longue cinématique qui offre un cadeau à celles et ceux qui prendront le temps de la regarder en intégralité.

Le principe de GOAT Simulator 3est simple : c’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui. Une phrase qui raisonne dans la tête des plus anciens et qui résume parfaitement la physionomie du titre. C’est en parcourant un monde ouvert assez vaste qu’on s’amuse à accomplir divers objectifs pour faire progresser la trame principale. Mais au-delà de son côté bac à sable, le jeu propose une ligne conductrice. Certes, il n’y a pas d’histoire à proprement parlé, mais des objectifs tous plus barrés les uns que les autres qui permettent de débloquer divers bonus. On a la possibilité de déverrouiller des compétences, comme un lance-fusée ou encore une paire d’ailes pour voler. Aussi, diverses options de customisations sont à l’ordre du jour avec des tenues plus ou moins loufoques quand ce ne sont pas des nouveaux modèles 3D qui sont proposés.

GOAT Simulator 3 est riche en contenu et n’a de cesse de récompenser le joueur. Il est bon de noter que le titre fait la part belle aux références en tous genres et ne cesse de surprendre le joueur. Une partie de FPS façon Wolfenstein ? Du Pimp My Ride version GOAT Simulator ? Un rituel satanique tout droit sortie de Doom ? Tout y passe ou presque. Cependant, si le titre parvient à amuser les premières minutes, ça devient tout de suite un plus compliqué sur la durée.

C’est bien beau tout ça mais et le gameplay ?

Le système de jeu est on ne peut plus classique, la chèvre se dirige sans mal et on la prend rapidement en main. La boucle de gameplay reste cependant assez monotone sur la durée, si bien qu’il était difficile d’y jouer plus de 30 minutes d’affilée durant notre session de test. La faute à une redondance extrême dans les situations et des objectifs qui manquent bien souvent de précision. Ce qui oblige bien trop souvent à tourner en rond pour trouver quoi faire.

Une pratique qui pousse donc à explorer librement la carte du jeu. Le côté bac à sable permet d’ailleurs toute sorte de fantaisie, mais cet aspect du titre montre trop rapidement ses limites. Une fois la surprise de la découverte passée, on cherche un réel intérêt ludique à ce GOAT Simulator 3. Car avec des situations qui varient trop peu et une boucle de gameplay assez limitée, il faut avouer que ce GOAT Simulator peine à convaincre sur la durée. Oui le jeu est souvent très drôle, mais ce qui est amusant la première fois l’est beaucoup moins la dixième. L’effet de redondance s’installe assez vite et finit par laisser place à l’ennui.

GOAT Simulator 3 est un jeu apéritif, ni plus, ni moins. C’est le genre de jeu qu’on lance avec le sourire quelques minutes rapidement, mais jamais à grande échelle. Une expérience qui visuellement est plutôt correcte en dépit d’une technique un brin limitée. Aliasing ou encore clipping, le constat est ici nettement moins joyeux. C’est cependant sauvé par une animation à soixante images par seconde qui ne faiblit pour ainsi dire jamais. Même si on regrette une utilisation paresseuse de la DualSense de la PlayStation 5.

A qui s’adresse GOAT Simulator 3 ?

GOAT Simulator 3 n’a qu’un seul but : faire rire et détendre. Sur ces points précis, il réussit son pari haut la main. Pour le reste, en revanche, il manque cruellement d’intérêt. Reste un prix attractif mais qui ne parvient pas à effacer de nos têtes, que ce nouvel opus, n’est finalement qu’un remake à peine déguisé du premier. L’effet de surprise n’y est plus et si le jeu reste amusant, il demeure trop limité pour tenir sur la durée.

Recent articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[TEST] GOAT Simulator 3Avec ce nouvel épisode, Coffe Stain tente de séduire un public plus large. L’absence de surprise fait cependant défaut à ce GOAT Simulator 3. Un excellent défouloir pour un jeu passable, répétitif et rapidement ennuyeux. Un titre à réserver aux fans du précédent opus uniquement. Quant aux curieux, il est judicieux de bien vous renseigner avant d’envisager son achat.