[TEST] In Nightmare (PS5)

Conclusion

In Nightmare a été fait avec les meilleures intentions du monde et on sent que les développeurs ont voulu prouver ce dont ils étaient capables. Mais à trop vouloir en faire, ils ont bâclé une grande partie de leur jeu, les énigmes n'ont des fois aucun sens, le jeu est techniquement en deçà de ce dont est capable une PS5 et surtout il a une pléthore de petits soucis qui auraient pu être corrigé. Il ne reste qu’un jeu qui ressemble à plein d’autres jeux d’horreur mettant en scène des enfants mais sans en atteindre le niveau.

Développé par le studio indépendant chinois Magic Fish Studio. In Nightmare s’est fait connaître lors du China Hero Projet, un événement Sony/ Playstation ayant lieu à Shanghai et visant à apporter la lumière sur des projets chinois exclusifs à la marque nippone. Le jeu est-il à la hauteur du coup de projecteur que lui a apporté Sony ?

Jeu testé à partir d’une version PS5 fournit par l’éditeur Just For Game

Un Little Nightmare Bis ?

Sur la forme, In Nightmare peut vous faire penser à Little Nightmare (ainsi que le 2), l’histoire est assez onirique, le personnage du jeu, un enfant, nommé Bill, ayant fait l’expérience d’une famille brisée et surtout de la peine qui en résulte, décide de s’échapper dans ses souvenirs. Souvenirs altérés par sa peine et qui se sont transformés en un mode sombre et fantaisiste.

Dans ce monde ses traumatismes prendront la forme de monstres qui tentent de l’emprisonner, pour y échapper l’enfant devra traverser avec l’aide de son « esprit onirique » un labyrinthe surréel créé par son subconscient. Cet allié immatériel aidera le joueur à éviter les dangers et lui fournira des indices afin de résoudre les énigmes complexes qui lui barrent la route.

[TEST] In Nightmare (PS5)

Des bonnes idées gâchées 

In Nightmare par sur une bonne idée, une sorte de course poursuite avec des puzzles et énigmes à résoudre, mais la mauvaise réalisation rend le concept de base compliqué, les angles de caméra fixe font que la visibilité n’est jamais bonne, défaut dont ont conscience les développeurs car dès que votre personne s’approche trop près des murs il apparait en surbrillance. De même que vous êtes lancé directement dans le jeu sans savoir quoi faire, les débuts du jeu font office de tutorial, avec des commandes qui au début vous paraîtront bizarre, on saute avec le « rond » et non la « croix » et vous courez avec le « R2 ».


Tout au long du jeu vous pouvez fouiller les environnements, meubles, tiroirs etc. et vous trouverez des documents, mais ces documents ne servent à rien dans le Gameplay et vu que vous ne pouvez les lire ne vous apportent aucun background sur l’histoire et l’univers dans lequel se trouve l’enfant.

[TEST] In Nightmare (PS5)

A trop vouloir en faire, on ne fait rien de bien

In Nightmare introduit un peu trop de mécanique, ce qui fait que souvent on ne sait plus quoi faire et on oublie quel bouton l’on doit utiliser. Le jeu ne dure pas longtemps, environ 10 heures et il introduit trop de mécanique de gameplay pour un jeu aussi court, comme si les développeurs veulent montrer dans un seul projet tout ce dont ils sont capables de faire.

Surtout qu’aucune des mécaniques introduites par le jeu est réussie, le jeu souffre d’un manque évident de soins et de temps qui font que nous avons plus l’impression de jouer à une démo d’un jeu en développement qu’à sa version finale.

[TEST] In Nightmare (PS5)

Quand même des qualités

In Nightmare se distingue par une esthétique recherchée, c’est le point fort du jeu, car sans être renversant techniquement, il est plutôt mignon. Le personnage principal, Bill est fait de manière très caricaturale avec des niveaux plus surréalistes que réels, esthétique qui colle bien avec le récit, un cauchemar d’enfant ?

[TEST] In Nightmare (PS5)

Recent articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici