[TEST] Cult Of The Lamb (PS5, Xbox, Nintendo Switch)

Conclusion

Cult Of The Lamb manque de très peu la perfection pour un titre du genre. Il est cependant incroyablement addictif et prenant. Son gameplay réussi et son humour ne laisseront personne indifférent. Que ce soit dans sa partie gestion ou Rogue Like, Cult Of The Lamb est un jeu à recommander aux fans du genre, mais aussi aux nouveaux venus, de par une accessibilité qui permet à toutes et à tous de pouvoir y jouer et surtout d’y prendre du plaisir.

Allergique à Animal Crossing, mais fans de jeu de gestion, Cult Of The Lamb est la solution à votre problème. Totalement hybride, Cult Of The Lamb va reprendre un univers à la Animal Crossing, mais dans une version nettement plus adulte et gore. Et alors qu’il ne payait pas de mine au premier abord, nous devons bien avouer que le jeu de Massive Monster est une sacrée bonne surprise.

Jeu testé sur PS5 à partir d’une version fournie par l’éditeur

Un jeu de culte ?

Développé par Massive Monster et édité par Devoler Digital, Cult Of The Lamb est un titre qui mélange habilement le rogue Like et le jeu de gestion. Vous y incarnez un agneau qui alors qu’il devait être exécuté est sauvé par une divinité qui vous demandant de former un culte en son nom. C’est alors qu’on nous donne pour objectif la construction d’un village et le recrutement d’adeptes, le tout entre deux séquences de castagne contre les autres divinités responsables de l’emprisonnement de votre sauveur. Riche programme.

[TEST] Cult Of The Lamb (PS5, Xbox, Nintendo Switch)

Un mélange des genres

Cult of the Lamb est découpé en deux parties. On retrouve dans un premier temps les séquences actions où l’on dirige notre agneau dans des donjons générés de façon procédurale. Le but étant d’éliminer tous les ennemis qui se trouvent sur notre chemin tout en récoltant les ressources nécessaires à l’évolution de votre village. Niveau système de jeu, ça se joue tout seul, il est possible de frapper, d’esquiver, et d’attaquer à l’aide de sorts. Et qui dit procédural, dit que chaque sortie est unique et qu’on n’a ainsi jamais la sensation d’effectuer la même chose. On retrouve un boss à la fin de chaque donjon qu’on est obligé d’occire pour pouvoir en sortir avec notre précieuse récolte.

Pour être franc, Cult of The Lamb n’a rien de révolutionnaire, mais ce qu’il fait, il le fait avec brio. On compte quatre biomes qui offrent tout un tas d’ennemis plus variés les uns que les autres. On retrouve aussi un système de carte qui apporte du bonus lors de nos différents runs.

[TEST] Cult Of The Lamb (PS5, Xbox, Nintendo Switch)

Rénovation impossible ?

L’autre partie de Cult of The Lamb est consacré à la gestion de notre village. Au fil de l’aventure nous allons recruter des adeptes à qui il faudra confier des tâches bien précises comme récolter du bois, de la pierre, etc. Il est important que vos adeptes vivent sereinement, il est impératif de leur fournir de quoi se ravitailler, mais aussi de se reposer et d’aller couler un bronze dans un endroit prévu à cet effet. Il ne faut rien négliger sous peine d’avoir un village couvert d’excréments. Après tout, ce sont des animaux et ils ont besoin d’éducation. 

Avoir l’œil partout et une bonne observation deviennent alors votre quotidien tandis que rendre la vie de vos adeptes plus facile reste une de vos priorités (et pas que). Pensez donc à bien vérifier que vos adeptes disposent de tout ce dont ils ont besoin avant de vous aventurer dans un donjon. Car les surprises à votre retour peuvent être nombreuses, et désagréables.

Là où le jeu est plutôt vicieux est dans la façon de développer notre agneau. En fonction du développement de vos compétences, il est possible d’attribuer un comportement bien distinct à votre agneau. Gentil mouton ou dictateur ? Le choix vous appartient, il est possible par exemple de transformer vos adeptes en cannibales ou inversement. Un adepte pose soucis ? Mettez-le au trou. Tout comme il est possible de sacrifier vos adeptes pour récupérer de quoi se nourrir, pour ne citer que cet exemple. Les possibilités de gameplay sont nombreuses et on ne voit pas le temps passer.

[TEST] Cult Of The Lamb (PS5, Xbox, Nintendo Switch)

Tellement drôle et soigné que t’en chiale

L’univers de Cult Of The Lamb est décalé, mais surtout très soigné. La direction artistique est fabuleuse et visuellement le mélange 2D et 3D fait mouche. On retrouve un style graphique cartoon très réussi, le tout avec une bande son et des bruitages totalement en adéquation avec le reste. La bande originale de River Boy force le respect, les thèmes sont parfaitement choisis et toujours dans le ton. Cult Of The Lamb est un jeu que nous n’attendions pas et au final il est difficile de lâcher la manette une fois propulsé dans cet univers.

Le jeu réussit un quasi sans faute, même si nous aurions apprécié du contenu en plus pour en endgame. Une fois le générique de fin terminé, il n’y a plus rien. S’il est toujours possible de continuer son exploration, aucun contenu supplémentaire n’est disponible et c’est dommage.

Cependant, il ne faut pas bouder son plaisir, même si nous aurions aimé en avoir plus. Cult Of The Lamb n’est par ailleurs pas très difficile mais propose une durée de vie conséquente (le compteur de jeu affiche 14h sur une partie terminée sur PlayStation 5) et en attendant le contenu à venir qui sera proposé gratuitement, c’est déjà une durée de vie plus qu’honorable.

[TEST] Cult Of The Lamb (PS5, Xbox, Nintendo Switch)

Recent articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici