[TEST] FIFA 22 – PS5

Conclusion

Si FIFA 22 ne sera certainement pas l’épisode du renouveau de la série, il n’en reste pas moins plutôt bon. Le gameplay est encore trop poussé vers l’attaque, on regrette un manque de précision dans la gestion de la défense, mais le plaisir est là et on enchaine les matchs s’en déplaisir. D’autant plus que le jeu est magnifique sur PS5 et l’hypermotion apporte ce soupçon de réalisme jamais vu dans la série.

On est au mois d’octobre ! La rentrée scolaire est déjà bien entamée, la ligue des champions commence à peine et une nouvelle version de FIFA pointe le bout de son nez. Après un premier épisode sur next-gen l’année dernière, on pensait que FIFA 22 serait celui du renouveau. Manque de bol, ça ne sera pas non plus pour cette fois.

Jeu testé sur PS5 à partir d’une version fournie par l’éditeur

Test de FIFA 22 : un jeu hyperbeau

FIFA 22 est le deuxième volet de la série à sortir sur les consoles dites de nouvelle génération. À savoir la PS5 et les deux modèles de Xbox Series. Un épisode que les joueurs attendaient de pied ferme après la petite déception qu’a été FIFA 21 avec sa vitesse de jeu et ses nombreuses errances au niveau du gameplay. Mais avant de parler du cœur du jeu, attardons-nous un peu sur l’aspect visuel du titre qui ne devrait décevoir personne. En clair, et pour ne pas vous parler en hyperbole, FIFA 22 est sacrement joli ! Une réussite visuelle qui vient surtout de l’intégration de l’Hypermotion, une technologie au nom super pompeux qui veut simplement dire que les équipes d’EA ont mis les bouchées doubles pour retranscrire les mouvements des joueurs sur un terrain. Pour cela, ils ont mis en place un système pour faire de la motion capture sur une équipe tout entière au lieu de se cantonner à une seule personne. Le résultat est assez bluffant avec des mouvements qui n’ont jamais été aussi réalistes pour la série. Que ce soit dans les amorties, les petits regards avant d’enclencher une passe ou même la course qui abandonne définitivement sont côté robotique. Le rendu en devient plus naturel et le poncif comme quoi on a l’impression de regarder un véritable match de foot à la télé n’aura jamais été aussi vrai.

FIFA 22
54,99€

On sent que les équipe de EA sports avaient très à souhait de nous en mettre plein les yeux avec ce nouvel épisode et ils ont même travaillé sur l’habillage des menus pour ne rien laisser au hasard. Ce n’est finalement qu’une question de goût, mais l’interface est simple, moderne et on a aussi le droit a des joueurs différents qui viennent nous saluer à chaque fois qu’on lance le jeu. L’idée est intéressante, contrairement à celle de nous « imposer » une séquence d’introduction aussi longue qu’elle peut être poussive. En gros, on crée son avatar, qui peut être réutilisé dans les différents modes de jeu, avant qu’il ne file à un rendez-vous devant au Parc des Princes. Ce qui est le parfait prétexte pour réviser les commandes de base du jeu tout en se frayant un chemin dans les rues de Paris avant de terminer en apothéose sur la pelouse en compagnie de Kylian Mbappé et Thierry Henry. Ce qui aurait pu être un chouette moment s’il n’était pas complètement gâché par la VF des deux joueurs qui ne correspond absolument pas à leurs véritables voix. Rien de bien méchant finalement, mais un brin gênant tout de même.

test de fifa 22 sur PS5

Du mieux, mais pas encore ça

Bon, il est maintenant temps de passer aux choses sérieuses et d’aborder ce qui nous intéresse le plus : le gameplay ! De ce côté-là, on commence avec une bonne nouvelle puisque la vitesse de jeu a été revue à la baisse. Pas énormément, mais suffisamment pour qu’on s’en rende compte dès les premières passes. Ce qui est sans doute l’une des conséquences de la mise en place de l’hypermotion et de ses animations nettement plus décomposées qu’auparavant. Ça rend la circulation du ballon bien plus agréable, mais FIFA 22 reste tout de même un peu trop rapide, surtout lorsqu’on joue avec de grosses équipes. Les transitions peuvent aller à mille à l’heure et il en va de même pour les passes appuyées qui brisent les lignes beaucoup trop facilement et peuvent déséquilibrer une rencontre en un claquement de doigt. Ce qui nous amène au fait que l’attaque est toujours autant favorisée par rapport à la défense. Tout est axé sur le jeu offensif et un novice a de quoi se casser les dents en défense à cause du manque de précision des joueurs ou encore de cette satanée sensation de flottement. Si vous avez le malheur de jouer dans le mode FUT contre une grosse équipe, ça a de quoi vous dégoûter définitivement du jeu tant la déculottée peut être sévère. Il suffit d’une ou deux passes bien placées et des joueurs avec les bonnes stats pour mettre à mal n’importe quelle défense.

test de fifa 22 sur PS5 gameplay

Néanmoins, si la défense est approximative, les gardiens ont dû avaler des kilos de stéroïde puisqu’ils sont bien plus forts que sur FIFA 21. Ils ont un peu de mal à garder le ballon entre les mains, mais ils paraissent imbattables en face à face et son capable de petits arrêts miracles sur n’importe quel type de frappe. Ce qui est rassurant lorsqu’on défend et particulièrement rageant quand on se fait voler du bout des phalanges un but qui semblait tout fait. Pourtant, même si le jeu est incontestablement déséquilibré, on ne peut pas nier le fait que FIFA 22 reste un jeu très agréable à prendre en main. On s’amuse et c’est bien là l’essentiel.  Au fil des matchs, ont fini par se rendre compte que la passe en profondeur et les une-deux dans les trente derniers mètres sont des armes dévastatrices et c’est particulièrement plaisant de placer des contres attaques comme à la grande époque du Real Madrid. Quant aux techniciens, ils seront ravis de voir qu’il est toujours possible de briser quelques reins avec un râteau placé au bon moment ou avec un crochet juste à l’entrée de la surface de réparation, en revanche le jeu dans les petits espaces est un peu flottant. La faute à une inertie bien trop légère qui donne même l’impression de voir les joueurs glisser pour correctement se caler. Et entre ça, le tempo du jeu revu à la baisse et la vitesse des transitions, FIFA 22 propose un rythme de jeu parfois déroutant. On sent que EA Sports tâtonne et même si on est loin de la simulation, on s’écarte d’une arcadisation du jeu. Et on n’est pas à l’abri d’un petit patch d’ici les semaines à venir pour conforter ce sentiment ou pour redistribuer les cartes. Ça, seul l’avenir nous le dira.

Menu à volonté

Comme le veut la tradition, FIFA 22 propose un contenu tout ce qu’il y a de plus gargantuesque qui devrait contenter tout le monde. Comme c’est le cas depuis maintenant quelques années, le mode FUT est largement mis en avant et il a même été légèrement revu sur la façon d’enchaîner les matchs. On a aussi le droit à un nouveau mode carrière où il est maintenant possible de créer son club de A à Z. Pour le reste, on a le droit aux classiques avec le match direct, le mode pro, les saisons en ligne, la Champions League et aussi le mode Volta qui fait également peau neuve avec ses multiples épreuves. Ça en devient un véritable petit jeu dans le jeu avec son propre gameplay et ses propres règles. En clair, vous avez suffisamment de matière pour jouer des heures et des heures. Avec FIFA 22, le rapport qualité-prix est toujours autant imbattable et c’est là qu’on comprend pourquoi autant de joueurs n’achète qu’un seul jeu par an. C’est l’effet FIFA

Recent articles

Marko
Marko
Maître des lieux. Développeur le joueur, joueur la nuit, mais surtout expert en bons plans

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[TEST] FIFA 22 - PS5Si FIFA 22 ne sera certainement pas l’épisode du renouveau de la série, il n’en reste pas moins plutôt bon. Le gameplay est encore trop poussé vers l’attaque, on regrette un manque de précision dans la gestion de la défense, mais le plaisir est là et on enchaine les matchs s’en déplaisir. D’autant plus que le jeu est magnifique sur PS5 et l’hypermotion apporte ce soupçon de réalisme jamais vu dans la série.